L'entretien - N°119

ESPACES PUBLICS BOIS
> De la halle de marché médiévale au Crystal Palace

De La Côte-Saint-André à Clisson, en passant par Arpajon ou Scorbé-Clairvaux, on ne peut que reconnaître que le patrimoine français recèle une belle quantité d’espaces publics réalisés en bois. Leurs charpentes sont toutes plus intéressantes les unes que les autres, tel qu’en témoignent les photos publiées dans le beau livre de G.H. Bailly, P. Laurent et C. Lefébure : La France des halles et marchés, édité en 2003. Ce qu’on connaît bien moins, c’est l’histoire de la charpente bois d’un espace public bien plus célèbre et urbain : celle du Crystal Palace de Londres. Laissons Bernard Marrey nous la raconter…

« Ce n’est pas le lieu ici de rappeler comment la Commission refusa les 245 projets y compris celui de Horeau classé premier, ni comment elle en élabora un qui ne satisfit personne, pour finalement adopter in extremis, celui que Paxton, jardinier et homme de confiance du duc de Devonshire, proposa presqu’à la sauvette. Examiné le 25 juin, approuvé le 26 juillet 1850, il devait être réalisé le 1er mai 1851… L’ « establishment » architectural et la presse l’ignorèrent, puisqu’il était transparent. « Le colossal bazar de Hyde-Park », comme le qualifie le seul article publié dans La Revue d’architecture et des travaux publics, fut cependant plébiscité par le public (six millions de visiteurs en 140 jours, du jamais vu !) et marqua tout le XIXe siècle. Sa construction en verre (le palais de cristal) supporté par des colonnes en fonte a fait oublier que toute la structure de la couverture était en bois. La superficie du « palais » dépassant légèrement les sept hectares à une hauteur de 19,50m pour la nef centrale, de 33m pour le transept, il ne fallut pas moins de 17 000m3 de bois. Mais du bois, c’est si peu moderne que la toiture est généralement oubliée dans les descriptions, et si peu visible sur les gravures qu’elle est considérée comme plate, ce qui n’était évidemment pas possible étant donné sa portée. Elle était en fait constituée d’une succession de toitures à double pente de 7,30m de largeur, s’appuyant sur des poutres (en bois) creusées en gouttière pour recevoir l’eau de pluie. Mais aussi bien pour renforcer ces poutres que pour permettre l’écoulement de l’eau, ces poutres étaient sous-tendues par un tirant métallique, qui avait pour effet de les bomber légèrement. Subtil Paxton ! […] Les arcs du transept, en madriers placés de champ, couvraient la nef centrale de 22m. Solidarisés deux par deux avec des planches et des tendeurs, ils durent être montés, de biais pour passer dans la nef, par des chevaux et des renvois de poulies. Discrètement, le bois contribua au monument du siècle. […] »

Bernard Marrey, Des Histoires de Bois, Picard, 200p., 18x30cm, 1997

© Crystal Palace from the northeast from Dickinson's Comprehensive Pictures of the Great Exhibition of 1851

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31