Asiles modulaires

Rédigé par Jonas TOPHOVEN
Publié le 22/06/2020

En Allemagne, la vague de migration de 2015 a stimulé le développement local de solutions constructives rapides et intelligentes en bois. Ville allemande de la construction bois, s’il en est, Fribourg a montré l’exemple avec un projet pionnier d’implantation rapide d’hébergement sur trois sites, pour un millier de personnes. 

Aux pieds de la Forêt Noire, la plus grande ville allemande administrée par les Verts, au sein de la seule région allemande également dirigée par les Verts, ne s’est pas laissée intimider par les exactions perpétrées contre les centres d’hébergement de demandeurs d’asile en Allemagne, qui atteignent un sommet en 2015, au moment de l’arrivée massive des migrants par les Balkans. En automne 2015, la municipalité de Fribourg charge trois agences locales des études pour bâtir des ensembles d’hébergement sur trois sites distincts. Il apparaît vite qu’il s’agit de proposer une alternative aux solutions à base de conteneurs métalliques, tout en s’alignant sur leurs délais et leurs prix (1 250 euros/m2). La programmation intègre également la possibilité de ré-usage des constructions à d’autres fins, ainsi que la mobilisation d’entreprises locales. 

Pour lire la suite de l'article, achetez le numéro : [boutique en ligne]



Maître d'ouvrage : Stadt Freiburg i. Brsg., Gebäudemanagement
Maîtres d'oeuvre : ArGe Architekten Freiburg : FranzundGeyer Freie, Architekten BDA dwb, Stocker Dewes Architekten BDA, Jochen Weissenrieder Architekten BDA
BET bois : Ingenieurbüro Andreas Wirth, Fribourg ; Mohnke Höss Bauingenieure, Fribourg
Entreprise bois : ARGE Holzmodul-Wohnheim : Steiger-Riesterer, Wolf-Holzbau, Gebr. Hug, Karl Burger ; Zimmerei Grünspecht (façades)
Date de livraison : 2016
Surface : 11 200 m²
Volume de bois utile : 6000 m3, dont 52 000 m2 de CLT
Lieu : Fribourg-en-Brisgau, Allemagne

Merzhausener Strasse : les circulations métalliques prennent l’ampleur de lieux de convivialité.<br/> Crédit photo : BABO Miguel Le site de la Gundelfingener Strasse, suivi par Franz und Geyer Architekten, ne se distingue des deux autres que par des nuances en façade.<br/> Crédit photo : BABO Miguel Dans les bâtiments en R+1, la faiblesse des charges permet de faire l’impasse sur des poteaux intermédiaires entre deux modules ouverts.<br/> Crédit photo : BABO Miguel

VOIR ÉGALEMENT

>> Les coups de cœur du comité online

Les articles récents dans Publiés par Séquences Bois

Réinsertion urbaine Publié le 22/06/2020

Maître d'ouvrage : RéhabailMaîtres d'oeuvre : Grand Huit architectes, Mélanie Drevet… [...]

Habitat réversible en zone fertile Publié le 22/06/2020

Maître d'ouvrage : Les Enfants du CanalMaîtres d’œuvre : obOh architectes urbanistes… [...]

Bois d'accueil Publié le 22/06/2020

Maître d'ouvrage : Stiftung Leonberg (Allemagne)Maître d'oeuvre : andOFFICE Blatter Ertel… [...]

(Mé)tissages en bois Publié le 22/06/2020

Maître d'ouvrage : gouvernement de la région de KarlsruheMaître d'oeuvre : Etudiants de l'Atelier… [...]

Hébergements plug and play Publié le 22/06/2020

Maître d'ouvrage : Hospice général (Genève)Maître d'oeuvre : ACAU architecture / BET… [...]

Le bois en piste Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : commune de WülknitzMaître d'oeuvre : KO / OK Architektur (Allemagne) BET… [...]