Bois usagé sur béton coffré

Rédigé par Tristan CUISINIER
Publié le 07/02/2020

Au sud de Liège, sur le campus universitaire du Sart Tilman, l’Institut de botanique a troqué ses façades de béton contre des bardages de bois. Objectif : 50% d’économie d’énergie, sans renoncer aux effets de texture.

En 2014, le CHU et l’université de Liège (ULiège) se sont lancés dans la rénovation thermique de onze de leurs bâtiments construits entre 1960 et 1980, avec l’appui de l’EEEF. Ce fonds européen pour l’efficience énergétique a débloqué 1,5 million d’euros pour couvrir les frais d’étude, en échange desquels les deux bénéficiaires se sont engagés à réaliser des travaux pour un montant total vingt fois supérieur, soit 30 millions d’euros. Au lieu de recourir à une procédure classique par appel d’offres, l’administration des ressources immobilières de l’université - qui gère au quotidien un million de mètres carrés environ – a elle-même assuré la conception et la mise en œuvre de l’ensemble des projets, y compris ceux du CHU. « L’université a accès aux archives. Elle connaît bien les immeubles. Travailler en interne était plus économique et beaucoup plus simple », résume l’architecte Michel Prégardien, responsable de l’exécution du programme avec sa consoeur Anne-Françoise Marique.

Conçu en 1968 par Roger Bastin, le bâtiment principal de l’Institut de botanique est un des cas de figure les plus problématiques et les plus intéressants de cette vaste entreprise de rénovation thermique qui s’est achevée en début d’année. L’obligation de conduire le chantier en site occupé, la carbonatation des bétons bruts des façades, leurs épaufrures, leurs réparations de fortune et leur peinture cache-misère appliquée en 1995 ont amené les architectes à adopter une isolation thermique par l’extérieur. « Nous n’aurions jamais pu restaurer de façon satisfaisante la texture des bétons d’origine », justifie Michel Prégardien. Mais comment remanier l’architecture de Roger Bastin, sans en trahir les visées ? Quel matériau utiliser pour retranscrire les veinages, les reliefs et les irrégularités des bétons coulés en place dans des coffrages de planches de bois ? [...]

Pour lire l'article en entier : commander le numéro



Maître d'ouvrage : Université de Liège 
Maître d’œuvre : Anne-Françoise Marique et Michel Prégardien (Liège)
BET bois : Maximilien Cornet (Liège) 
Entreprise bois : HD Systems (Verviers) 
Date de livraison : 2019
Surface de bardage de réemploi : 2 600 m2 
Lieu : Institut de Botanique, Quartier de la Vallée, 1 Chemin de la Vallée, 4 Bât B22, Liège (Belgique)

Façade arrière de l'Institut depuis le point haut du terrain, côté forêt.<br/> Crédit photo : Defourny Samuel Façade principale, vue depuis le niveau bas de la partie enseignement du programme (R-1). La terrasse devant le bassin est réalisée en bois de réemploi (bois exotique récupéré sur des docks aux Pays-Bas).<br/> Crédit photo : Defourny Samuel Les recoupements horizontaux sont en bois neuf d'afzelia.<br/> Crédit photo : Defourny Samuel

VOIR ÉGALEMENT

>> Les coups de cœur du comité online

Les articles récents dans Publiés par Séquences Bois

Le bois en piste Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : commune de WülknitzMaître d'oeuvre : KO / OK Architektur (Allemagne) BET… [...]

Arcs et colonnades Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : Ville de Saint-Quentin-sur-Isère Maître d'oeuvre : Composite… [...]

Diamond dome Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : The Bürgenstock Seelection Katara Hospitality SwitzerlandMaître d'oeuvre… [...]

Émergence ligneuse en lisière parisienne Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : Ville de Paris Maître d'oeuvre : KOZ architectes BET bois… [...]

Tartan de bois Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : Ville de GrenobleMaîtres d'oeuvre : R2K architectes (38), mandataire, avec Roda… [...]

Une mixité bois-béton originale Publié le 07/04/2020

Maître d'ouvrage : Commune de Meyrin et Association La Voie LactéeMaître d'oeuvre : Sylla Widmann… [...]