FILIERE BOIS : JO 2024 et innovation au service du développement de la filière

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 20/11/2018

Alors que la couverture forestière française avoisine les 28%, la ressource est sous-exploitée et le marché français de la construction bois est encore réduit. C’est pour le relancer que l’Etat, vendredi 16 novembre, proclamait un plan interministériel et signait le contrat stratégique 2018-2022 de la filière bois. Cet événement augure le début d’une réorganisation qui sera bénéfique à sa progression sur le marché de la construction et de l’innovation, à laquelle concourra le projet pilote incarné par les JO 2024.

Couvrant 17 millions d’hectares1, la forêt française métropolitaine, si elle permet d’absorber 88 millions de tonnes équivalent carbone par an2, a le potentiel de capter plus et surtout d'être davantage mobilisée dans le bâtiment. En effet, la construction bois ne représente que 3% du marché de l’habitat collectif neuf et 10% de celui de la maison individuelle. S'engageant à soutenir le développement de la filière, l’Etat a établi un plan de 18 actions, mobilisant quatre ministères : celui de l’Agriculture et de l’Alimentation, de la Cohésion des territoires, de la Transition écologique et solidaire, et de l’Économie et des Finances. Le plan vise à encourager l’innovation, à engager une gestion plus efficace et durable de la ressource forestière, et à améliorer la performance environnementale de la filière. Par sa signature et celle des régions françaises, l’Etat est aussi venu marquer son adhésion aux objectifs que la filière a fixés dans son contrat stratégique, visant à engager dans une direction commune les 60 000 entreprises françaises du secteur, garantes de 440 000 emplois directs et indirects. Dans le but de mobiliser 12M de mètres-cubes supplémentaires de bois d’ici 2026, trois projets structurants ont été définis dans le contrat.

Le premier consiste à favoriser l’innovation, autour du slogan "Cadre de vie : demain le bois", et avec une volonté d’accéder au label French Fab. L’idée est d’identifier les secteurs porteurs où le bois est encore peu présent, et d’y développer des produits bois innovants, en misant sur une collaboration entre entreprises.
Le second, le plus emblématique pour la construction bois, est la mobilisation de la filière pour la construction des ouvrages liés aux Jeux Olympiques 2024. L’opportunité est vue comme un projet pilote, qui sera l’occasion de réorganiser et de structurer la filière durablement. Cette démarche se fera de concert avec la structuration de la filière biosourcée, avec laquelle il s’agira de co-construire un projet à-même de respecter les engagements du dossier de candidature, c’est-à-dire avec 30% d’émissions de GES en moins que les JO de Londres. Pour Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, « les JO 2024 seront la vitrine du savoir-faire français des industries du bois et de l’alimentation ».
Enfin, constatant l’importance de l’import de produits étrangers - autrichiens notamment - dans le marché de la construction bois, la filière française a pris conscience qu’elle devait améliorer ses capacités de production et la qualité de ses produits. Le troisième projet consiste donc à accompagner les entreprises dans le développement de compétences, en particulier dans le domaine du numérique. Concourant au même objectif, le contrat encourage également le regroupement d’entreprises, afin de répondre aux grands appels d’offre, auxquels les entreprises françaises ont aujourd’hui du mal à répondre isolément.

En parallèle, le document est l’occasion de définir plusieurs autres défis pour la filière. Des défis environnementaux, d’abord, avec une volonté d’étendre la forêt de 1% de surface supplémentaire par an, et d’opter pour une « sylviculture durable et attentive aux enjeux environnementaux », qui prenne en compte le changement climatique. Il s’agit également de favoriser l’économie circulaire, en limitant le gaspillage et en engageant des démarches de recyclage. Afin de valoriser ces bonnes pratiques, la filière aspire à l’amélioration des méthodologies d’évaluation des cycles de vie et des performances de tous les matériaux biosourcés. Par ailleurs, elle s’engage à exploiter davantage le potentiel des feuillus, trop peu mobilisés au regard de leur prépondérance sur le sol français. Enfin, en termes de construction, l’objectif serait de doubler la part de marché du bois dans l’habitat collectif neuf, de passer de 10 à 15% de construction bois dans le secteur de la maison individuelle, et d’augmenter significativement la part de marché du bois dans les opérations de rénovation/réhabilitation. Pour cela, il faudra davantage de main d’œuvre, raison pour laquelle la filière s'engage de lancer des démarches de promotion des métiers du bois. En outre, afin de gagner des parts de marché face aux autres matériaux, la filière promet surtout de trouver des moyens de réduction des coûts.

1. source Agreste
2. source INRA 2017

Les articles récents dans Actus brèves

COLLOQUE : Bois et Sport Publié le 30/01/2019

Mue par la volonté d'organiser les Jeux Olympiques 2024 avec 30% d’émissions de gaz à… [...]

FORMATION BOIS : "Notions essentielles" à Saint-Etienne Publié le 29/01/2019

Au mois de mars, la Fibois 42 organise quatre jours de formation à Saint-Etienne pour apprendre les… [...]

COLLOQUE : La surélévation, une solution économique Publié le 28/01/2019

Le 14 février, à l'occasion du salon lyonnais Be Positive, les surélévations seront à l'honneur… [...]

FORMATIONS BOIS : Programme 2019 Ile-de-France Publié le 24/01/2019

Vous souhaitez mettre à jour vos compétences en construction bois ? FAB21, formateur en… [...]

ADC AWARDS - À vos votes ! Publié le 23/01/2019

Pour la sixième édition des ADC Awards, nos confrères de Muuuz ont ouvert les votes du… [...]

FORMATIONS BOIS : Programme 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes Publié le 22/01/2019

À l'attention de tous les professionnels de la construction, la Fibois Auvergne-Rhône-Alpes et… [...]