Kuma. Complete Works

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 03/11/2021

Article paru dans le Séquences Bois n°133

Dans une superbe édition trilingue très grand format, dans laquelle le papier a été choisi avec autant de soin que les matériaux qui composent l’architecture de Kuma, Taschen publie les œuvres complètes de l’un des maîtres contemporains de l’architecture en bois, entrecroisant éléments de biographie, photographies, croquis, descriptifs et documents graphiques. 

Dans une introduction étoffée, Philip Jodidio revient sur la rudesse du contexte économique de Tokyo rencontré par l’architecte à ses débuts, qui participa, avec autant d’importance que sa découverte de l’architecture rurale africaine, à le faire se tourner d’abord vers la campagne et les techniques et matériaux traditionnels. Par goût pour la matière, l’artisanat du bois, de la terre et du papier, au service d’une architecture tactile, odorante, sensorielle, à contrecourant de l’aseptisation et de la dématérialisation qui caractérisait la production architecturale ambiante. 

S’opposant aux esthétiques modernistes et métabolistes, Kuma se refuse à penser l’architecture comme un objet, que la société a vite fait de transformer en produit. Matérialiste sensible, il étudie les ressources locales, les typologies régionales, et fait de ses édifices des lieux d’expression de la matière : des cèdres à peine écorcés et du chaume à Yusuhara, des planches de chêne brutes au camp de base du Mont Blanc, des troncs entiers à la chapelle Birch Moss… 

L’ouvrage nous apprend que c’est paradoxalement en construisant hors du Japon qu’il apprit à apprécier l’esthétique japonaise du wabi-sabi, prenant goût à l’imperfection du veinage du lamellé-collé français, du bambou non standard en Chine… Attaché à l’idée de toujours formuler une étroite discussion avec le paysage et le lieu, nombreux sont ses projets qui empruntent à l’architecture traditionnelle japonaise ses typologies de « bâtiments-toits », ainsi que ses effets de légèreté et de transparence, sans jamais pourtant tomber dans le pastiche, car ce qu’il apprécie et réinterprète de cette dernière – rejoignant en cela le Kenzo Tange qui lui avait donné, petit, le goût de l’architecture –, c’est avant tout sa « beauté structurelle ». Il réinterprètera ainsi à plusieurs reprises la technique du jigoku-gumi, mais s’aventurera aussi dans des charpentes high-tech à la Shigeru Ban dans le temple taoïste de Hsinpu à Taiwan. 

Toutefois, si la qualité des ambiances constituerait peut-être le fil rouge de son œuvre – le bois assurant en ce sens des fonctions plus ou moins structurelles ou ornementales selon les projets –, l’ouvrage permet de noter la dimension particulièrement protéiforme de sa production (parmi laquelle certaines œuvres dénotent étonnamment), ainsi que la relative distance prise, sur certains projets d’envergure, avec la sobriété prônée en préambule. 
Cela ne saurait amoindrir la puissante source d’inspiration que cette œuvre conséquente et remarquable représente pour les amateurs d’architecture en bois, qui ne pourra qu’être ravivée par la qualité de cet ouvrage exhaustif.

Kuma. Complete Works. 1988 – Today, Philip Jodidio, TASCHEN, août 2021, 34 x 45cm, 150€, 460 p.

Les articles récents dans Livres

Tribu. Ingénierie écoresponsable d’aujourd’hui Publié le 03/11/2021

Créé en 1986, le bureau d’études TRIBU, spécialisé dans l’ingénierie du bâtiment et de la… [...]

Contemporary Japanese Architecture Publié le 31/08/2021

Japon, poursuite du bouillonnement architecturalDétenteur d’un record de sept prix Pritzker, le… [...]

Les Grands Ateliers Publié le 31/03/2021

A l'heure de l'essor du design/build et de l'apprentissage expérientiel, l'ouvrage retrace… [...]

Préfabrication de l'habitat Publié le 31/03/2021

À l’heure où le hors-site est dans presque toutes les bouches des amateurs de construction bois,… [...]

Kengo Kuma, une vie d'architecte à Tokyo Publié le 31/03/2021

Alors qu’il vient d’achever le stade olympique de la capitale japonaise, l’amoureux du bois… [...]

Lo-TEK, Design by Radical Indigenism Publié le 20/11/2020

Pendant sept ans, Julia Watson a entrepris d’étudier 18  « technologies » ancestrales… [...]