OUVRAGE : Assemblages du bois, l’Europe et le Japon face à face

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 08/04/2020

« Au commencement de toute oeuvre en bois, il y a l’assemblage », disait Hugo Kükelhaus. Superbe réédition d’un ouvrage paru pour la première fois en 1995 en allemand, et en 2002 en français, Assemblages du bois, l’Europe et le Japon face à face est l’oeuvre de Wolfram Graubner. Formé dans les écoles techniques du bois de Rosenheim et de Bad Wildungen, l’auteur a aussi étudié la psychologie et la philosophie avant de fonder, dans les années 70, une entreprise de construction bois. À la même époque, il entreprend de développer et construire des aires de jeu dédiées au développement des sens en collaboration avec le menuisier, écrivain, pédagogue, philosophe et artiste Hugo Kükelhaus, auquel il ne manque pas de faire référence, mentionnant notamment son manuel Werde Tischler (1936), sorte de précurseur du présent ouvrage. D’une certaine manière, les deux se placent dans l’héritage d’Eugène Viollet-le-Duc, qui fut l’un des premiers à représenter des assemblages complexes de charpente dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture, paru en 1854, là où les Japonais pratiquaient pour leur part la transmission orale. Au tournant de la décennie, le sujet méritait bien d’être remis sur la table. En effet, alors que l’industrialisation a joué un rôle majeur dans la perte des savoirs artisanaux internationaux – bien que les gestes techniques soient encore très honorés au Japon – les assemblages bois connaissent actuellement un regain d’intérêt, notamment depuis le développement de la découpe numérique, mais aussi d’une nouvelle approche, relativement marginale, qu’on pourrait qualifier d’écologiste, décroissante et autonomiste de la technique, qui se traduit par une volonté de simplification, de décentralisation, d’économie d’énergie et de matières, qui étaient en somme les valeurs de l’artisanat traditionnel. Cette époque était pour Wolfam Graubner et les Éditions Vial un moment intéressant pour revaloriser l’assemblage, là où dans notre ère moderne « les panneaux de dérivés, les colles et traitements de surface la rencontre avec le bois brut », remplacent l’union que des formes spécifiques peuvent permettre entre des surfaces de contact. Perdre cet art de la rencontre entre deux pièces, et cette faculté à résoudre une problématique par la forme est signifiant. Pour cause, à la manière de l’architecture, « un assemblage de bois n’est pas qu’une solution à un problème pratique : il représente une posture éthique ». Wolfram Graubner rappelle à ce sujet la responsabilité de l’artisan à l’égard de la société (qui l’a longtemps considéré comme un érudit), dans l’environnement de laquelle la création prend place durablement, et l’intérêt de la beauté dans cette mission. Mentionnant l’existence de plus de six cents assemblages connus, l’auteur propose dans cet ouvrage un panorama représentatif, largement illustré en noir et blanc, à l’aide de nombreuses axonométries et de très belles photographies d’assemblages, tous exécutés par l’auteur pour l’occasion afin de vérifier leur solidité et de pouvoir les étudier sous plusieurs angles. La comparaison interculturelle entre Japon et Europe documente à la fois le nombre limité de formes de base, commun à différentes civilisations, et la pluralité des variantes possibles. Après une introduction générale sur le matériau bois et ses réactions au contact des intempéries et du feu, ainsi qu’un historique illustré des modes de construction en bois, l’ouvrage, structuré comme un catalogue, présente quatre catégories d’assemblages : les assemblages en longueur, obliques, d’angle et en croix, et les assemblages de plans. Insistant sur le caractère indispensable de l’exercice pratique pour la compréhension, l’auteur propose ce livre comme une invitation à l’expérimentation.

GRAUBNER Wolfram, Éditions Vial, 24 x 31 cm, 175 p., 2019, 45 €.

Les articles récents dans Actus brèves

VISITE VIRTUELLE - Piscine des murs à pêches de Montreuil Publié le 20/05/2020

Lundi 25 mai, Séquences Bois s’associe au Comité National pour le Développement du Bois (CNDB)… [...]

WEB-CONFÉRENCE : La vie d’une poutre, une étude du réemploi d’éléments structurels Publié le 28/04/2020

Alors que nous avions consacré un numéro entier au réemploi au début de l’année, il… [...]

GUIDE : Je construis en bois local Publié le 28/04/2020

En cours de développement d'un projet de valorisation économique de sa forêt, le Parc Naturel… [...]

SAFE TIMBER : L’appel à mobilisation des architectes britanniques Publié le 27/04/2020

En plein remaniement de sa réglementation incendie, le gouvernement britannique propose de bannir… [...]

VIDÉOCONFÉRENCE – Caractérisation mécanique des structures spatiales en plaques de bois Publié le 21/04/2020

Dans la lignée des travaux de Christopher Robeller, Julien Gamerro et Yves Weinand, notamment… [...]

WEB-CONFÉRENCES : sécurité incendie dans les bâtiments bois Publié le 14/04/2020

Alors que le mois d’avril s’annonce encore confiné, les interprofessions Forêt-Bois… [...]