RÉALISATION | Une nouvelle ZAC (Zone à cultiver) | Ombrière à México (Mexique)

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 18/01/2022

Une parcelle vide d’un quartier résidentiel de Mexico s’est transformée en jardin luxuriant pendant la pandémie. Une enclave autonome édifiée à partir de ses propres ressources, expérience modèle pour une « vie d’après » vraiment différente. 

Pour les poètes urbains, la valeur d’un terrain vague dépasse de loin sa valeur foncière. Ce vide intempestif dans le tissu urbain est un immense champ des possibles, une aire de jeu autogérée établissant ses propres règles, une petite république autonome dont la liberté est menacée par de déviance par ces propres excès ou lorsqu’elle se confronte au reste du monde, comme le montre le suggère le film « terrain vague » de Marcel Carné (1960). « Aubervilliers » court métrage d’Eli Lothar, montre aussi la magie à l’œuvre sur ces délaissés urbains dès que les enfants s’en emparent. Le miracle de la transmutation des objets, délaissés également, qui connaissent une résurrection quasi mystique : la camionnette abandonnée devient cabane, les pneus des balançoires, etc. Chaque terrain vague attend que l’on y fonde un monde. Cette réalité vaut aux quatre coins de la planète : elle a dû saisir Michelle Kalach lorsqu’elle est partie à la reconquête de la parcelle vide qui allait devenir « El Terreno » — le terrain, un espace proposant par l’exemple de renouer avec la nature en ville. Fille et sœur d’architectes, Michelle Kalach s’est impliquée en tant qu’ingénieur de l’environnement dans le développement de projets apportant l’autosuffisance alimentaire à des communautés rurales du Mexique. La création d’El Terreno répond à la pandémie. L’aménagement s’adresse aux enfants du quartier, qui se retrouvaient isolés et confinés chez eux suite à la fermeture des écoles. [...]

[ Pour lire la suite, commander le numéro ]



Maître d'ouvrage : privé
Maître d'œuvre : Vertebral
BET bois : Ricardo Gavira
Entreprise bois : chantier participatif
Date de livraison : avril 2020
Surface : 900 m² (jardin), 42 m² (ombrière)
Volume de bois utile : nc
Lieu : 848 Bosques de la Reforma, Mexico (Mexique)

Une plateforme maçonnée et une ombrière en bois forment la base habitable du terrain.<br/> Crédit photo : De la Concha Ricardo La faible épaisseur de la couche de terre favorise les végétaux légers.

VOIR ÉGALEMENT

>> Les coups de cœur du comité online

Les articles récents dans Publiés par Séquences Bois

RÉALISATION | Objectif châtaignier | Halle multifonctionnelle à Gannat (03) Publié le 18/01/2022

Maître d'ouvrage : Commune de Gannat (03)Maître d'œuvre : Atelier du Rouget Simon… [...]

RÉALISATION | Du bois tissé pour régénérer un centre-ville | Pavillon à Kärdla (Estonie) Publié le 18/01/2022

Maître d'ouvrage : Municipalité de Hiiumaa (Estonie)Maître d'œuvre : Bornstein… [...]

RÉALISATION | Un pavillon entre terre et lac | Equipement de plage à Lochau (Autriche) Publié le 18/01/2022

Maître d'ouvrage : Commune de Lochau (Autriche)Maître d'œuvre : Innauer Matt… [...]

MISE EN OEUVRE | Manifeste artisanal | Rue couverte à Saint-Denis (93) Publié le 18/01/2022

Maître d'ouvrage : Icade promotion (92)Maître d'œuvre : Moonwalklocal (33)BET… [...]

EXPLORATION.S | Self-shaping | Tour d'observation à Urbach (Allemagne) Publié le 18/01/2022

Maître d'œuvre : ICD + ITKE (Université de Stuttgart)Entreprise bois : Blumer-Lehmann… [...]

DÉTAIL | Synergie locale | Halle des randonneurs à Vatteville-la-Rue (76) Publié le 15/01/2022

Maître d'ouvrage : Caux Seine Agglo (76)Conception : Sébastien Dutel, Laura Goujon,… [...]