Concevoir autrement pour employer le bois local

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 01/04/2021

Article paru dans Séquences Bois n°130

 > Les leçons d’Olivier Gaujard, de Studiolada (et de Friedrich Zollinger) // 




« Construire avec la ressource locale, c’est apprendre à dessiner avec des éléments plus petits, pour valoriser le massif et les feuillus » 
Christophe Aubertin 

Alors que la construction multi-étages est en plein développement en France, avec le concours notable d’ADIVbois, le CLT (Cross Laminated Timber, bois lamellé croisé) est devenu le matériau principal de ce type de constructions, grâce à son comportement mécanique presque équivalent à celui des voiles et planchers béton, mais aussi à sa forte masse qui permet un important stockage de carbone. Toutefois, cette masse est aussi le défaut de ce matériau, qui consomme énormément de matière, et « représente plus de masse combustible, nécessitant souvent d’être encapsulé », explique Christophe Ouhayoun (KOZ architecture). Cette réalité a un impact non négligeable sur le bilan carbone de l’opération. Par ailleurs, même si quelques entreprises françaises se sont récemment engagées dans la fabrication de CLT, la plupart des charpentiers se fournissent encore massivement en Autriche. Même si le principe de libre concurrence du Code des marchés publics interdit d’imposer le secteur géographique de provenance d’un bois, il est néanmoins devenu primordial de raccourcir les filières pour réduire les émissions de CO2 liées au transport. En réaction, dans une webconférence récemment organisée par EnvirobatBDM, Olivier Gaujard proposait de réfléchir à l’hypothèse de constructions bois multi-étages avec peu, voire sans CLT, en recourant à d’autres types de structures – ossature bois, poteaux-poutres et exosquelettes – dont les matériaux sont susceptibles d’être sourcés plus localement. Il rappelle que l'ossature bois permet de construire jusqu'à 5 ou 6 étages, tandis que le lamellé-collé a permis de construire les 18 étages du Mjostarnet de Brummendal (Norvège), immeuble bois le plus haut du monde, conçu au moyen d’un exosquelette. [...]

Illustrations : Les charpentes Zollinger ou "voûtes en nid d'abeille", mises au point par l'allemand Friedrich Zollinger en 1923, permettent de former des voûtes avec des lamelles de bois courts, de faible qualité, tout en franchissant de grandes portées et en créant d’impressionnants volumes. Ce système constructif est un exemple de solution pour mobiliser du bois local.

Pour lire la suite, commandez le numéro : [Boutique]

Les articles récents dans Points de vue

PRÉCURSEUR - LUCIEN KROLL, QUAND « L’EXISTANT » VA AU-DELÀ DU SEUL BÂTIMENT Publié le 08/11/2022

Simone et Lucien Kroll, inspirateurs, précurseurs, d’une architecture du « commun ». Le… [...]

POINT DE VUE | L’EXISTANT VACANT COMME RESSOURCE SOLIDAIRE Publié le 08/11/2022

Centre temporaire d’hébergement de Winterthur. En Août 2022, on dénombrait 770 personnes… [...]

POINT DE VUE | TROIS PAS DE CÔTÉ Publié le 08/11/2022

Les réalisations proposées dans ce numéro sont autant de manières d’ajouter à l’existant de… [...]

POINT DE VUE - Son de cloches Publié le 01/09/2022

Le CNB, le conseil national du bruit, estime que le coût social des nuisances sonores pour la… [...]

POINT DE VUE - L’inertie en plancher, apporter de l amasse sous nos pieds Publié le 01/09/2022

Si les chapes semblent s’être généralisées sous nos pieds pour satisfaire les exigences… [...]

PRÉCURSEUR - ALVAR AALTO, précurseur et humaniste Publié le 01/09/2022

Il semble que pour tout amateur d’architecture, le voyage en Finlande s’impose, à l’instar du… [...]