S'apaiser, sous la canopée

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 20/11/2020

Pionniers d’une approche alternative de l’accompagnement des personnes atteintes du cancer, les Maggie’s Cancer Care Centers expérimentent le potentiel thérapeutique de nos milieux de vie, et en cela, de l’architecture et du paysage. Pour concevoir le 26e de ces centres, livré à Leeds à l’été 2020, Heatherwick Studio a recouru à la douce teinte de l’épicéa et aux luxuriantes plantes du Yorkshire pour créer un lieu chaleureux, organique et lumineux, aux pieds du plus grand hôpital universitaire d’Europe.


Défenseure d’une approche holistique du soin, Maggie’s est une organisation caritative indépendante consacrée à l’accompagnement des personnes atteintes du cancer, sous une forme complémentaire à la thérapie médicale. Créée à l’initiative de la jardinière et écrivaine Maggie Keswick Jencks, l’organisation dispense des conseils pratiques, œuvre au soutien psychologique, au bien-être physique et émotionnel des patients, et stimule le partage d’expériences dans des centres dédiés où l’architecture se veut aussi soignée que soignante. Convaincue que les patients méritent le meilleur de l’ingéniosité et de la créativité humaines, souhaitant que chaque centre soit unique et remarquable - « les Maggies’s doivent briller comme un phare d'espoir » -, l’organisation a invité les architectes les plus renommés du monde à se prêter à l’exercice, dont Frank Gehry, Richard Rogers, Zaha Hadid, OMA, Snoehetta, et Norman Foster, qui a livré en 2016 un bâtiment en structure bois dans la ville de Manchester. Disparue des suites de sa maladie avant l’inauguration du premier établissement, livré en 1996 à Edimbourg (Ecosse, UK), celle qui fut aussi designer et épouse du critique d’architecture Charles Jencks avait fait de la qualité spatiale son sujet de recherche personnel, soucieuse de léguer les leçons architecturales qu’elle tirait de sa propre expérience, de ses propres besoins, et de ses propres manques et difficultés. « Nous devons remettre en cause toutes les caractéristiques désespérantes de l’hôpital : les portes fermées qui semblent cacher des secrets, les couloirs interminables, la signalétique omniprésente, la lumière artificielle », préconisait-elle, exprimant qu’il était essentiel, au contraire, de créer des lieux paisibles, calmes, accueillants, confortables, en lien avec la nature et d’échelle domestique, à l’antithèse des espaces génériques et aseptisés des lieux qu’elle fut forcée de fréquenter durant sa thérapie, peuplés de matériaux et de lumières synthétiques. De ce long travail de programmation est né un guide que Maggie’s transmet aux architectes au début de chaque nouveau projet. Ce programme précis met en lumière les détails qui participent à la qualité spatiale et au caractère rassurant des lieux, avec des indications telles que « depuis cette pièce, il faudra que l’on puisse voir l’herbe, les arbres, ou au minimum le ciel », ou encore, « dans les sanitaires, l’espace devra être assez grand pour accueillir une chaise et une étagère de livres, et être suffisamment isolé pour que les patients puissent s’y réfugier pour pleurer ». Traduisant des besoins sensibles en caractéristiques architecturales, elles esquissent la description de lieux capables d’assurer un support émotionnel, mais aussi d’influer positivement sur le comportement des visiteurs. « Les espaces doivent faciliter le dialogue entre les visiteurs, et les faire se sentir moins seuls », préconise le guide. Les chercheurs Angie Butterfield, de la Falmouth University, et Daryl Martin, de l’Université de York, qualifient cet idéal spatial de « paysage thérapeutique » (therapeutic landscape, voir Gesler W. (1992), Curtis S. et al. (2007), et Williams A. (2007)) et de « soignant silencieux » (silent carer). 


S’il est aisé de faire dialoguer l’architecture avec le paysage au milieu d’une forêt, au pied de l’hôpital de Leeds, qui abrite un Centre de cancérologie où sont pris en charge près de 9000 patients par an, le sujet était bien plus complexe. Dernier morceau de verdure du site hospitalier, coincée entre deux routes, un parking, et de massifs édifices, la pente herbeuse qui devait accueillir le projet accusait six mètres de dénivelé, et un sol artificiel de mauvaise qualité, composé des déblais de fondation du centre de cancérologie, et de gaz souterrain. Afin de dialoguer avec la topographie existante en réduisant le besoin d‘excavation, les architectes ont commencé par implanter le projet sur cinq niveaux de plateforme en béton, au plus près de la pente naturelle. Pour planter généreusement le haut de la parcelle, un soutènement en béton désactivé de 4,5 mètres a aussi dû être mis en œuvre. 

[...]


Envie de lire la suite ?
[ Commandez le numéro 128 en ligne ]



Maître d'ouvrage :  Maggie's
Maître d'œuvre : Heatherwick Studio
BET bois : Blumer-Lehmann AG (Suisse) + SJB Kempter Fitze AG (Suisse)
Entreprise bois : Blumer-Lehmann AG (Suisse) 
Date de livraison : juin 2020
Surface : 460 m²
Volume de bois utile : nc
Lieu : Leeds, Royaume-Uni 

Point névralgique de chaque Maggie's Centre, la table sujette aux moments de convivialité est au centre Mètres géométrique du projet, autour duquel s'enroule l'escalier.<br/> Crédit photo : Hufton + Crow - Les rives épaisses des toitures laissent deviner l'importante quantité de terre que supportent les structures bois pour accueillir la luxuriante végétation qui en émerge.<br/> Crédit photo : Hufton + Crow - Pionniers d’une approche alternative de l’accompagnement des personnes atteintes du cancer, les Maggie’s Cancer Care Centres expérimentent le potentiel thérapeutique de nos milieux de vie, et en cela, de l’architecture et du paysage. Pour concevoir le 26e <br/> Crédit photo : Hufton + Crow -

VOIR ÉGALEMENT

>> Les coups de cœur du comité online

Les articles récents dans Publiés par Séquences Bois

Variations esthétiques sur le naturel Publié le 20/11/2020

Maître d'ouvrage : Santé Publique FranceMaître d'œuvre : Atelier du PontBET bois… [...]

Mélèze d'argent Publié le 20/11/2020

Maître d'ouvrage : Ehpad La Mèche d’Argent (02) / SEDAMaître d'oeuvre : Fabienne Bulle… [...]

Grands et petits soins Publié le 20/11/2020

Maître d'ouvrage : Ville de Taverny (95)Maître d'œuvre : MAAJ Architectes (75)BET bois :… [...]

Réinterpréter l'architecture armoricaine Publié le 20/11/2020

Maître d'ouvrage : Centre Hospitalier de l'Estran (50)Maître d'œuvre : SABA Architectes… [...]

Bien-être au carré Publié le 20/11/2020

Maître d'ouvrage : Liechtensteinische Alters- und Krankenhilfe (LAK) (Schaan, Liechtenstein)Maître… [...]

Renaissance rurale Publié le 04/08/2020

Maître d'ouvrage : Client privéMaître d'oeuvre : Looking for Architecture (LFA)BET bois… [...]