LIVRAISON : Entre les arbres creillois, une promenade de bois

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 18/03/2019

Article paru dans Séquences Bois n°119

À l’interface entre le centre-ville de Creil, en bord d’Oise, et le quartier esseulé de Rouher, situé sur un plateau plus élevé, un élégant aménagement a été livré fin 2018 par l’Atelier Espace Libre.

Traversant le parc à l’anglaise de la Faïencerie et un coteau boisé, le projet a eu pour ambition de procéder à une restauration écologique du site tout en créant une promenade de 1 200 mètres. Ponctuée de placettes et plateformes d’observation, celle-ci comprend aussi une rampe d’une centaine de mètres, permettant à tous de franchir en douceur les quarante mètres de dénivelé, entre la cime des arbres. Afin de révéler aux habitants les caractéristiques du paysage fluvial et forestier, les concepteurs ont travaillé sur cinq points d’observation au fil du parcours, aménagés d’un platelage de chêne et de mobilier bois : le Belvédère du Haut, les Clairières de Laversine, le Belvédère de la Croisée des Chemins, la Croisée des Chemins et la Placette des Randonneurs. Les abords sont sobrement délimités par des ganivelles et des murs de soutènement constitués de poteaux bois juxtaposés. La rampe, quant à elle, est conçue au moyen d’une structure principale métallique, d’une structure secondaire en bois, et revêtue d’un platelage bois en surface et en sous-face, ainsi que d’un bardage latéral ponctuel. Disposés dans le site de manière à ne pas nuire aux arbres, des pilotis métalliques portent la structure horizontale primaire, constituée de deux IPN latéraux, reliés entre eux par une triangulation de profils métalliques. Placées entre les IPN, trois lambourdes en bois de mélèze participent à soutenir un platelage transversal constitué de lames de chêne. En sous-face, des poutres transversales en bois de mélèze soutiennent un platelage longitudinal de même dimension. Réalisés au moyen d’une structure métallique et d’une main courante en bois, qui intègre une signalétique au sujet des espèces locales en voie de disparition, les garde-corps sont traités de manière différente de part et d’autre. La transparence est conservée côté Oise, avec la mise en oeuvre d’une maille métallique Xtend, tandis que l'autre face est revêtue, côté extérieur, d'un bardage horizontal dans la continuité du platelage de sous-face. Par les choix de matériaux opérés et la forme de l’ouvrage, la passerelle s’inscrit avec discrétion dans le paysage végétal. 

Les articles récents dans Actus brèves

Hommage à Julius Natterer Publié le 19/01/2022

Le 25 octobre dernier, Julius Natterer s’en est allé à l’aube de ses 83 ans, confiant sa… [...]

Une réglementation environnementale : gage d'une architecture biosourcée ? Publié le 19/01/2022

Ce début d’année est marqué par l’entrée en vigueur de la RE2020, signant l’avènement… [...]

LIVRE - Kuma. Complete Works Publié le 03/11/2021

Dans une superbe édition trilingue très grand format, dans laquelle le papier a été choisi avec… [...]

LIVRE - TRIBU : Ingénierie écoresponsable d’aujourd’hui Publié le 03/11/2021

Créé en 1986, le bureau d’études TRIBU, spécialisé dans l’ingénierie du bâtiment et de la… [...]

PLATEFORME - Materlocal, un outil de localisation des ressources de construction locales Publié le 03/11/2021

Construire avec des matériaux biosourcés et géosourcés, et s’approvisionner localement … [...]

EXPOSITION - Construire léger et décarboné Publié le 29/10/2021

À l’heure où les émissions de carbone dues au secteur du bâtiment sont devenues une… [...]