OUVRAGE : Le charpentier et l'architecte

Rédigé par Sarah ADOR
Publié le 11/02/2020

Article paru dans le Séquences Bois n°124

Édité aux Presses polytechniques et universitaires romandes de Lausanne, dans la collection « Architecture » dirigée par Jacques Lucan et Luca Ortelli, Le charpentier et l’architecte, une histoire de la construction bois au Japon est signé par six mains : Benoît Jacquet, architecte-chercheur en histoire des doctrines de l’architecture et de l’urbanisme au Japon, Teruaki Matsuzaki, historien de l’architecture japonaise, et Manuel Tardits, architecte (co-fondateur de l’agence Mikan) et enseignant basé à Tokyo. 

Au fil de trois chapitres, l’ouvrage retrace l’histoire de l’architecture japonaise en bois, avec tout ce que ce sujet engage de notions structurelles, spatiales, et esthétiques. Construit à partir de documents historiques, d’études de terrain, et d’interprétations de textes d’artisans et de concepteurs, le livre vise par ce récit à retracer les contours des particularismes d’une tradition, et à esquisser les liens que l’histoire a tissés entre les métiers d’architecte et de charpentier sur ce territoire singulier, ainsi qu’entre eux, la ressource matérielle, et sa provenance forestière. C’est d’abord la question des dimensions spatiales et structurelles qui est abordée dans la première partie, dédiée aux architectures antiques (du VIe et XIIe siècle), médiévales et modernes (du XIIIe au XIXe) et aux systèmes poteaux-poutres majoritairement utilisés pendant cette période. La seconde partie se penche sur la modernité, pendant laquelle on constate un phénomène d’assimilation des techniques occidentales, mais aussi, plus tard, une volonté de retour aux « sources de l’architecture japonaise ». Enfin, la troisième partie porte sur les réminiscences, permanences et réinterprétations contemporaines, récentes, de cette tradition d’architecture en bois, « à un moment où semble s’opérer une certaine révision de rapport avec ce matériau », et où la culture mondialisée fait renaître un désir « d’authentique, de fait main, de local, d’artisanal ». Précisément racontée par les auteurs dont elle est à l’origine de la rencontre — et donc de l’ouvrage —, l’histoire de la construction du Centre de l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO) de Kyoto est ici présentée comme un événement important de la période.

Presses polytechniques et universitaires romandes, collection Architecture, 436 pages, 25x18 cm, 2019, 42€.

Les articles récents dans Actus brèves

VISITE VIRTUELLE - Piscine des murs à pêches de Montreuil Publié le 20/05/2020

Lundi 25 mai, Séquences Bois s’associe au Comité National pour le Développement du Bois (CNDB)… [...]

WEB-CONFÉRENCE : La vie d’une poutre, une étude du réemploi d’éléments structurels Publié le 28/04/2020

Alors que nous avions consacré un numéro entier au réemploi au début de l’année, il… [...]

GUIDE : Je construis en bois local Publié le 28/04/2020

En cours de développement d'un projet de valorisation économique de sa forêt, le Parc Naturel… [...]

SAFE TIMBER : L’appel à mobilisation des architectes britanniques Publié le 27/04/2020

En plein remaniement de sa réglementation incendie, le gouvernement britannique propose de bannir… [...]

VIDÉOCONFÉRENCE – Caractérisation mécanique des structures spatiales en plaques de bois Publié le 21/04/2020

Dans la lignée des travaux de Christopher Robeller, Julien Gamerro et Yves Weinand, notamment… [...]

WEB-CONFÉRENCES : sécurité incendie dans les bâtiments bois Publié le 14/04/2020

Alors que le mois d’avril s’annonce encore confiné, les interprofessions Forêt-Bois… [...]